dimanche 30 novembre 2008

Une éducation libertine, par Jean-Baptiste Del Amo, Gallimard


Pour parler de ce livre, il me faut fermer les lumières, tamiser l'atmosphère, allumer une bougie, même. J'en parlerais à l'encre plutôt qu'au clavier, et si j'avais le talent, je l'enluminerais.

Je parle ici d'une exception, d'un livre qui m'a tenu plus que je le portais. Dès les vingt premières pages, je savais que j'étais happé. Je me souhaitais un dénouement heureux parce qu'il en resterait inévitalemment quelque chose. Ce dénouement, je n'en parlerai pas. Je mentionnerai seulement qu'une fleur est encore plus belle lorsqu'elle pousse dans la fange. Mais les fleurs sont fragiles et immortelles. Et dans ce livre, on les sent: fleur et fange.

Ce livre m'a marqué. Certaines scènes sont si fortes qu'il ma fallu souvent refermer le livre un instant pour continuer. D'où sort Jean-Baptiste Del Amo? Le mec a 26 ans et il écrit comme s'il avait vécu un siècle!

J'ai découvert son livre par une entrevue à la radio. Le mec m'avait l'air calme, à des kilomètres de la prétention. Il disait avoir écrit ce livre en écoutant Portishead et Radiohead. Et pourtant, ça se passe en 1760, à Paris. J'ai écouté la même chose en le lisant et vous dire franchement, j'y rêve encore.

"Une éducation libertine" est dur, puissant, c'est un ouragan. C'est la démonstration que pour apprécier le beau, il faut avoir connu la laideur et que pour apprécier sa vie, il faut avoir conscience de sa mort.

Lisez-le, je vous en prie, et reparlez-m'en, juste pour savoir si vous aussi, ça vous a pris autant que moi.

Un livre immense et beau, tellement beau.

1 commentaire:

Andrianis a dit…

Non, je ne connais pas cet écrivain Jean-Baptiste Del Amo. Mais, avec une analyse aussi captivante, j'ai glissé dans mes mémos le titre et l'auteur. Vous m'avez convaincu. J'apprécie grandement votre blog sur l'analyse et la critique de livres. Un blog qui me sera utile... Merci.